LA TRILOGIE

   Trilogie ? Pourquoi ce mot savant ?

     C'est tout simple : mes récits sont au nombre de trois et ils ont en commun de répondre aux trois points de la logique que je résume maintenant :

1 - Tu Le cherches et tu Le trouves

" Dans notre monde où chacun est littéralement "bouffé" par l'avoir, le pouvoir, la jouissance immédiate ; où l'enfant est conçu sur commande et le sera peut-être bientôt via internet ; où les médias façonnent les esprits et bâtissent sans le savoir une civilisation d'automates qui n'a d'intérêt que parce qu'elle consomme et rapporte, comment trouver le temps de chercher et comment, d'abord, en avoir envie ? Socrate, ce philosophe grec condamné à mort pour son impiété, dans sa célèbre maïeutique (1), amène l'interlocuteur à découvrir la vérité qu'il porte en lui. « Connais-toi toi-même ! » dira-t-il. C'est bien de cette recherche-là qu'il s'agit. Et pour le chrétien que je suis devenu, la vérité que je porte en moi n’a qu’un seul nom : Dieu ! Même si certains ne Le trouvent pas – et je ne les considère pas moins comme des frères et sœurs à part entière – Le trouver est une suite logique de cette recherche, pourvu que celle-ci ait été menée sincèrement et jusqu'au bout.Du reste, et je m'en suis rendu compte bien plus tard, ce Dieu qui m'habite et qui m'aime, je le connaissais déjà mais mes yeux ne le voyaient pas, tant il vit humblement dans le cœur de ceux qui m'entourent... et tant le véritable Amour est bien celui qui ne fait pas de bruit. « Vous ne me chercheriez pas si vous ne m'aviez déjà trouvé », dit Jésus.

2 - Tu En vis

Après l'avoir cherché à cœur perdu et trouvé, quel changement de vie ! C'est du reste ce qui fait peur à tant de chercheurs potentiels. Car l'avoir trouvé ne signifie pas, comme certains le pensent, que nous sommes entrés dans la facilité.Pour l'avoir vécu, je dirai même qu'il est souvent plus facile de vivre sans Dieu qu'avec Lui ; et que la découverte de l'existence de Dieu ne change radicalement l'être humain qu'en ce qu'elle lui apporte l'espérance qu'il n'avait pas avant. Ce second récit de ma trilogie - que je rédigerai en dernier - sera sans doute le plus délicat à réaliser. Certains n'y verront que l'expression d'un manque d'humilité. C'est peut-être vrai : « Que ta main droite ignore ce que l'autre fait ! » Et c'est aussi vrai que ceux avec qui l'on vit sont les mieux placés pour dire qui nous sommes, ce que nous avons fait et comment nous l'avons fait.

3 – Ou tu n’En vis pas ?

Au moment où j’achève ce récit, j’ai honte de vous dire encore que je n’En vis plus. Et que j'en suis sûr ! J’ai toujours la foi, l’espérance. Il me manque de quoi les faire vivre et transformer en amour. Autant dire l’essentiel. Mais je le sais : bientôt Dieu sera dans ma vie le premier servi. Car je Lui reprendrai la main qu’Il n’a jamais cessé de me tendre et je ne la lâcherai plus jusqu’à mon dernier souffle. "

(1) Art d'accoucher les esprits

Découvrez la playlist Ave Maria avec Maurice Andre

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site